Accident vasculaire cérébral (AVC) : comment diminuer les risques ?

Comment repérer les premiers signes d’un AVC ?

Un accident vasculaire cérébral survient lorsqu’un vaisseau dans le cerveau est bloqué par un caillot sanguin ou se rompt. Un AVC causé par un caillot est appelé AVC ischémique 

Les accidents vasculaires cérébraux peuvent survenir rapidement et si vous êtes seul ou non en présence de personnes qui sont au courant des signes avant-coureurs, un retard dans le traitement peut être fatal.

En plus d’être la principale cause d’invalidité de longue durée, c’est aussi la principale cause évitable d’invalidité. La plupart des patients éprouvent des symptômes semblables à ceux d’un AVC 24 heures avant l’apparition de la maladie et plus le traitement est rapide, plus vous pouvez aider à prévenir les difficultés à long terme.

Les symptômes surviennent souvent soudainement, mais beaucoup d’entre eux ont l’impression que quelque chose ne va pas un jour ou deux avant une crise.

1. Hypertension artérielle

De nombreuses personnes souffrent d’hypertension artérielle et ne présentent aucun signe, mais l’hypertension artérielle peut entraîner un accident vasculaire cérébral en endommageant et en affaiblissant les vaisseaux sanguins de votre cerveau. L’hypertension artérielle peut également entraîner la formation de caillots sanguins dans les artères menant au cerveau, ce qui bloque la circulation sanguine et peut causer un AVC.

2. Cou raide

De nombreuses victimes d’AVC disent ressentir une douleur insupportable dans la tête, qui peut aussi causer des douleurs entre les yeux et une raideur de la nuque.

3. Confusion

Si vous avez de la difficulté à parler ou à comprendre, cela pourrait signifier que le sang ne parvient pas à la région du cerveau qui contrôle le langage et qu’un caillot s’est formé.

4. Migraine atroce

Nous souffrons tous de maux de tête à un moment donné et il n’y a généralement pas lieu de s’inquiéter.

Cependant, si vous avez soudainement un mal de tête inexpliqué avec une douleur que vous n’avez jamais ressentie auparavant, vous devriez vous rendre à l’hôpital le plus proche.

5. Paralysie

Si un côté de votre corps ne réagit pas, c’est peut-être le signe d’un AVC selon health.usnews.com. Si vous êtes incapable de soulever vos membres d’un côté de votre corps, c’est un signal clair que vous devez vous faire examiner.

6. Troubles de la vue

Une perturbation soudaine de la vision d’un œil ou des deux yeux peut être un signe que vous avez un AVC. Les accidents vasculaires cérébraux peuvent diminuer la vision d’un œil ou des deux yeux ou causer une vision double.

7. Difficultés à marcher

Une perte de coordination et d’équilibre ou des difficultés à marcher peuvent indiquer qu’un accident vasculaire cérébral s’est produit.

8. Nausées et vomissements

Si vous souffrez d’un AVC causé par l’obstruction d’un vaisseau dans la partie arrière du cerveau, des nausées ou des vomissements pourraient en être un symptôme, selon The Stroke Association.

Les nausées et les vomissements accompagnent parfois l’AVC, en particulier lorsqu’il s’agit d’un saignement à l’intérieur du cerveau.

Plus l’hospitalisation est rapide, plus la gravité des séquelles diminue. « Dans le cas d’un infarctus cérébral, nous avons 4h pour traiter le problème de façon médicamenteuse et jusqu’à 6h pour réaliser une opération ando-vasculaire afin d’aller directement déboucher l’artère. Si l’AVC est lié à une hémorragie, le traitement par chirurgie est parfois nécessaire, mais c’est surtout la prise en charge médicale globale, qui vise à protéger le cerveau au maximum, qui permet de diminuer les risques de handicap jusqu’à 20% ce qui est loin d’être négligeable ! » L’hospitalisation permet également d’éviter les récidives précoces et certaines complications. 

AVC : les 10 grands facteurs de risque

De nombreuses maladies et facteurs de risques peuvent provoquer un accident vasculaire cérébral, d’où l’importance de prendre des mesures préventives qui permettraient de réduire de 80% le risque d’AVC. 10 grands facteurs de risque sont à connaître : 

1. L’hypertension artérielle

2. Le tabagisme

3. Le rapport taille-tour de hanche élevé (supérieur à 1.0 chez l’homme et 0.85 chez la femme)

4. La sédentarité

5. Une alimentation déséquilibrée

6. Le cholestérol

7. Des facteurs psycho-sociaux comme le stress, la dépression…

8. Les causes cardiaques (trouble du rythme cardiaque : infarctus du myocarde, prothèse valvulaire…)

9. La consommation d’alcool excessive

10. Le diabète

« Il semblerait également que la pollution puisse avoir un impact. Mais la plupart des facteurs de risque reconnus peuvent être éliminés facilement. Il faut savoir par exemple que l’hypertension artérielle est le principal facteur de risque mais que 50% des hypertendus ignorent qu’ils le sont alors qu’ils pourraient être pris en charge et ainsi diminuer leur risque d’AVC. » 

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Roméo AGUIAR dit :

    Informations importantes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *